Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Ecole et Familles populaires : une nécessaire communauté éducative au niveau local
Réussir ensemble la cohérence éducative
Le projet éducatif local évalué
Enquête sur les rythmes scolaires à Issy les Moulineaux

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> cahiers de l’action injep
Avoir moins de 18 ans et créer une association
Calvados : une démarche qualité en centre de loisirs et locaux de jeunes
La Réussite éducative : au delà du dispositif
Quelle(s) pédagogie(s) de l’interculturel ?

> grande ville, agglomération
Interroger le rôle des lieux : équipements, accès, espace public
jeunes acteurs, sujets ou producteurs
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
La Rochelle : 13-18 questions de justice, la BD

> Europe, international
Education à l’environnement : un guide franco-belge pour les enseignants et les animateurs
La maitrise de l’information : enjeux et explications
La mobilité européenne : une étape vers l’autonomie des jeunes en insertion ?
La participation locale des jeunes en Europe, enjeux et définition

> éducation partagée
Projets éducatifs locaux : l’enjeu de la coordination
Saint-Étienne-du-Rouvray : Assises de l’éducation
5è rencontres nationales de l’éducation
Rythmes : C’est l’enfant dans sa globalité qui est important


Publication

Villes éducatrices : l’expérience du projet de Barcelone

n°17 des Cahiers de l’action étidés par l’Injep
Mis en ligne le dimanche 16 décembre 2007.

Préambule (extraits) :

Ces dernières années se sont multipliés en France les Projets éducatifs territoriaux. Ce phénomène marque une profonde rupture dans notre façon d’approcher la question de l’éducation, en conférant d’une part à des acteurs extérieurs à l’Ecole la reconnaissance d’une légitimité éducative, en particulier en ce qui concerne les projets éducatifs locaux des communes, et en identifiant par ailleurs le territoire comme espace non seulement d’apprentissage mais aussi comme « espace apprenant ».

Ce phénomène n’est pas propre à notre pays. Il vient s’inscrire dans un mouvement international qui a pu prendre selon les pays et les continents des formes et des dénominations différentes. C’est dans ce contexte que dès 1990 un certain nombre de Villes, une soixantaine, venant du monde entier et réunies par la Ville de Barcelone, ont été amenées à avancer une notion nouvelle, celle de « ville éducatrice, » qui repose sur la reconnaissance de la ville comme « agent éducateur » : « Toute la ville est une source d’éducation. Elle éduque à travers ses institutions éducatrices traditionnelles, de ses projets culturels, mais aussi à travers sa planification urbaine, ses politiques environnementales, ses moyens de communication, son tissu productif et ses entreprises, etc. » (Charte internationale des Villes éducatrices)

(...)

Télécharger l’article :

Word - 51.5 ko
préambule
Enjeux du programme Ville éducatrice par JC RIchez

Pistes (extraits)

On assiste aujourd’hui à des évolutions observables dans nombre de pays et de sociétés contemporaines :
- la reconnaissance de la légitimité éducative d’un nombre croissant d’acteurs ;
- une « déscolarisation » de l’éducation ;
- une extension de l’éducation et de la formation, au-delà de la formation initiale, à l’ensemble des générations.

Des distinctions peuvent être opérées entre différentes approches, dont chacune constitue un enrichissement de la précédente :

- la logique de co-éducation pose l’institution scolaire et l’institution familiale comme également légitimes dans leur rôle éducatif. Elle apparaît comme corrélée au double mouvement d’individualisation et de démocratisation qui touche nos sociétés, en opposition aux sociétés holistes où le groupe fondait les valeurs et décidait des orientations de tous, où l’éducation se situait du côté de la reproduction d’un ordre pré-existant, dans lequel la notion même de choix individuels n’avait guère de sens.

- la logique de projet éducatif territorial, telle qu’elle s’observe par exemple à Barcelone, mais aussi en France au travers du développement des Contrats Educatifs Locaux (1999) ou des Projets éducatifs locaux, élargit le nombre des acteurs éducatifs reconnus : aux enseignants s’ajoutent par exemple les animateurs socioculturels ou sportifs, les différents intervenants non éducatifs dans les espaces scolaires, de loisirs ou culturels, mais aussi les professionnels chargés de la restauration scolaire…

- la logique de la Ville éducatrice constitue un pas supplémentaire dans cette évolution : c’est la ville tout entière, le « cadre d’expérience » qu’elle constitue, l’ambiance et les interactions qu’elle crée ou permet de créer qui participent à cette éducation. Dans ce contexte, l’éducation ne se fait pas que dans la ville, mais aussi par la ville. A l’instar du sociologue et philosophe Bruno Latour, nous pourrions dire que les acteurs de l’éducation ne se réduisent pas aux seuls humains et a fortiori aux seuls professionnels de l’éducation, mais comprennent aussi le monde des choses et des faits qui nous environnent et participent à nos apprentissages.

(...)

Télécharger l’article :

Word - 50 ko
pistes
Des défis pour les villes éducatrices. par Bernard Bier

Sommaire, commande de l’ouvrage : Cahiers de l’action n°17 – Villes éducatrices : l’expérience du projet de Barcelone

Coordonné par Araceli Vilarrasa, Bernard Bier et Jean-Claude Richez

http://www.injep.fr/17-Villes-educatrices-l-experience.html


Partagez cet article :