Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

1ere journée du refus de l’échec scolaire le mercredi 24 septembre 2008
Histoire d’une écriture à plusieurs mains
Construire une démarche d’évaluation partagée
Angers : Une enquête socioethnographique sur les jeunes des quartiers

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> articles, rapports
Reconnaître l’expérience bénévole dès le collège
Le soutien scolaire, entre éducation populaire et industrie de service
Dotations en capital pour les jeunes : trois scénarios en France
Les quatre modes locaux de régulation sociale

> participation
le rôle essentiel de la « vie scolaire » et du Conseiller principal d’éducation
Semaines mosellanes d’éducation contre les discriminations
Municipales 2008 : Penser la jeunesse comme ressource
Paradoxes autour de la participation


Vers une co-construction des politiques publiques entre cadres d’Etat et habitants

Un article de Ludovic Falaix, directeur enfance jeunesse à Saintes (17)
Mis en ligne le dimanche 28 novembre 2010.

A partir des apports de la phénoménologie, cet article examine les mécanismes d’appropriation de l’espace par les habitants. Il souligne le caractère ontologique du rapport des habitants au territoire. Il met en exergue le fait que les individus « habitent l’espace en poète » en convoquant leur « Arkhe-Pensée » pour élaborer leur territorialisation.

Une nouvelle approche de la construction des politiques publiques se dessine. Celle-ci consiste à s’affranchir de diagnostics fondés sur des analyses quantitatives, dont l’échec des politiques urbaines pointe les limites, au bénéfice de la prise en compte des aspirations des habitants dans la construction des politiques publiques.

Un article de Ludovic Falaix (ludovic.falaix@yahoo.fr), Conseiller d’Education Populaire et de Jeunesse, Détaché en qualité de Directeur Enfance-Jeunesse à la ville de Saintes [1]

http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_01_04_Falaix.php

Extrait :

« Ainsi, les politiques publiques de développement socio-territorial pourront résulter d’un consensus, d’un accord quant à ces modalités diverses de vivre l’espace. Les opérateurs du développement socio-territorial (services d’Etat, collectivités territoriales…) devront donc s’inscrire dans l’expérience démocratique.

Faire émerger davantage de participation des individus dans le projet social et territorial global, en les interrogeant, en les aidant à construire ensemble un monde meilleur, en leur proposant des modalités nouvelles de démocratie participative, n’est-ce pas le projet qui transpire sous la notion de cohésion sociale ?

Autant dire que poursuivre ce dessein dans le cadre des directions interministérielles de la cohésion sociale relève d’un vrai défi et appelle sans doute les agents à réinventer leurs pratiques professionnelles.

Nul doute que dans ce contexte, les expériences professionnelles, forgées sur le terrain au plus près des populations locales par les agents pourront servir de fondements afin que l’ingénierie sociale et territoriale ne soit pas seulement un vocable technocratique.

Il s’agira alors pour les agents de construire, dans une dynamique de corporatisme pluriel, les valeurs, normes, algorithmes et images du référentiel cohésion sociale. S’ils accordent du crédit au fait que les individus convoquent leur « Arkhe-Pensée » pour vivre leur socialisation et leur territorialisation, alors les politiques publiques gagneront sans doute en efficacité. »

[1] Doctorant en Aménagement de l’Espace, Urbanisme, Laboratoire SET, UMR 5603 Université de Pau et des Pays de l’Adour


Partagez cet article :