Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’insertion des jeunes sans diplômes
Refonder le service public d’éducation
Violences scolaires : constat, prévention et actions
La MGI, une structure de seconde chance

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> interventions
Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous »
Les espaces de participation des jeunes : outil ou alibi ?
L’addiction aux jeux vidéo expliquée à des lycéens
Qu’entend on par autonomie des jeunes ?

> collège
Premiers pas du Conseil général des collégiens
L’actualité 2005 vue par les journaux scolaires et lycéens
Stages de 3e : Un dispositif original pour vaincre la discrimination à Paris 19e
Le Livret de compétences expérimental à Issy-les-Moulineaux

> école
Retour sur PISA 2009 : enseignements et précautions dans l’interprétation des résultats
Les perspectives temporelles des adolescents diffèrent des calendriers officiels
Violences à l’école : accentuer les pratiques de démocratie quotidienne
Violences scolaires : constat, prévention et actions

> lycée
Utiliser Twitter en conseil de classe
Micro lycée de la Courneuve : "les bonnes résolutions tiennent"
Enseigner des connaissances, transmettre une culture ?
Les jeunes souhaitent plus de stages en entreprise


Politiques éducatives

Quel est l’avenir des programmes disciplinaires ?

Une conférence à l’initiative de la Maison des enseignants (MDE)
Mis en ligne le vendredi 13 avril 2007.

La Maison des enseignants (MDE) a organisé [1] le 21 mars à Paris une conférence débat sur le thème "Quel est l’avenir des programmes disciplinaires ? : histoire, analyse, enjeux ...". Un exposé sur ce thème a été réalisé par Dominique Raulin (ancien secrétaire général du Conseil national des programmes) [2].

Ce rendez-vous rentrait dans le cadre d’un ensembles de conférences-débats organisés par la Maison des enseignants qui s’adressent aux personnels de l’Education nationale et aux personnes intéressées par les questions d’éducation (parents d’élèves, professionnels...)

En introduction à son exposé Dominique Raulin s’est interrogé : "les programmes disciplinaires ont ils un avenir ?"

Sept parties ont composé cette intervention :

1/ Une histoire qui vient de loin : des lois jules Ferry de 1882 à la loi Fillon de 2005 en passant par l’enseignement obligatoire à 16 ans (1959) et le collège unique en 1975,

2/ Une procédure très élaborée pour la réalisation des programmes : de la commande à la signature de l’arrêté. L’intervenant a décrit "15 années de travaux incessant" de 1990 à 2005 concernant les programmes des collèges et des lycées.

En France ce sont les ministres qui changent les programmes. Dans un pays comme l’Italie, c’est le Parlement.

En France nous sommes plus dans un processus de modifications que de recontruction a ajouté Dominique Raulin.

3/ Une évolution progressive. L’intervenant a relevé quelques évolutions de fond concernant par exemple de nouveaux choix didactiques (démarche expérimentale), les premières apparitions des compétences et la place grandissante de l’évaluation.

4/ La multiplication des enseignements transversaux (nouvelles structures et nouveaux contenus) : TPE, itinéraires de découverte, technologie au collège, ECJS, éducation à ..., B2i ...)

5/ Le socle de connaissances et de compétences est le résultat d’une longue maturation :
- le plan Langevin Wallon en 1947 (une culture commune)
- la définition d’un savoir commun : loi Haby, collège unique (1976)
- le rapport du collège de France (1985) (...)
- Rapport Dubet : collège de l’an 2000 (1999)
- La commission nationale sur l’avenir de l’école (octobre 2004)
- Avril 2005 : la loi d’orientation et de programme (...)
- la signature et la publication du "socle commun de connaissances et de compétences en juin- 2006)

L’intervenant relève qu’il s’est passé 30 années pour la mise en place du collège unique (depuis le plan Langevin Wallon). Puis 30 années pour la mise en place du socle commun.

6/ Le " socle " : un concept nouveau :
- Il s’agit tout d’abord d’un décret à la nation (alors que précédemment il s’agissait d’arrêtés)
- 7 compétences sont déclinées en connaissances, capacité et attitudes.
- Ces prescriptions entraîneront l’adaptation des programmes d’enseignement

Pour Dominique Raulin, la grande différence est que maintenant le ministre de l’Education nationale doit rendre des comptes devant le Parlement.

L’intervenant considère que cette approche par compétence doit permettre de sortir d’une approche disciplinaire et que le savoir faire est privilégié.

Ce développement des compétences ressort dans les travaux internationaux (enquêtes Pisa ; orientations européennes).

7/ Les enjeux Dominique Raulin estime que le socle doit favoriser :

- Un cadre commun de référence pour les programmes de la scolarité obligatoire
- Des entrées extra-disciplinaires
- La prise en compte d’autres aspects que les savoirs issus de l’université
- Une entrée par les compétences

En savoir plus sur la conférence de Dominique Raulin sur le site de la Maison des enseignants :

- Consulter le diaporama de sa conférence
- Charger les fichiers audios de la conférence

A lire aussi :

- Le socle commun de connaissances et de compétences sur le site www.education.gouv :

[1] en collaboration avec les éditions Hachette

[2] auteur de " Les programmes scolaires, des disciplines souveraines au socle commun "


Partagez cet article :