Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les subtilités du lien entre formation et emploi
Découvrir les systèmes éducatifs européens
Pays d’Ancenis : des jeunes découvrent l’entreprise
La réussite des jeunes vue par la Fondation pour l’innovation politique

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
La jeunesse dans la crise du CPE un an avant l’élection présidentielle de 2007
Les impacts des conseils locaux de jeunes sur les politiques municipales
Les jeunes des quartiers prioritaires devant les politiques de jeunesses
S’orienter quand on habite à la campagne

> emploi
Pierrick veut trouver une autre manière de faire du commerce
Seine-Saint-Denis : Des jeunes accompagnés dans la création d’entreprise
Les apprentis en 2009 : une insertion professionnelle plus difficile
L’insertion professionnelle des diplômés de niveau IV des secteurs du sport et de l’animation

> orientation, CIO
La justice et ses métiers
Parcours de formation et insertion des jeunes issus de l’immigration
Lancement des premiers appels à projet du fonds d’expérimentations pour la jeunesse
Orientation : quels écarts entre les souhaits des familles et les décisions ?

> université
Le GENEPI fête ses 30 ans
L’engagement étudiant à l’université de La Rochelle
Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur
L’expérience du Canard enchanté


Profils du décrochage étudiant à l’université

Mis en ligne le lundi 21 septembre 2009.

Les jeunes qui quittent l’université sans obtenir de diplôme ne sont pas tous des étudiants absentéistes. Beaucoup se sont orientés vers l’université par éliminations successives, et se heurtent, une fois inscrits, au difficile apprentissage du "métier" d’étudiant.

Quatre figures de décrocheurs émergent à partir de deux dimensions subjectives : une valorisation plus ou moins forte des diplômes et une anticipation plus ou moins grande de l’insertion professionnelle.

Les repérer selon des critères adaptés et partagés pourrait permettre, d’après le Céreq, de limiter le décrochage étudiant.

Télécharger le document (Bref n° 265) :

http://www.cereq.fr/pdf/b265.pdf

Extraits de l’enquête :

« La majorité des bacheliers poursuivent des études supérieures après l’obtention de leur baccalauréat :
- 98 % des bacheliers généraux,
- 78 % des bacheliers technologiques et
- 23 % des bacheliers professionnels s’inscrivent dans le supérieur, long ou court, d’après les données du ministère de l’Éducation nationale.

Pourtant, une partie d’entre eux en sort sans diplôme. C’est le cas, selon la dernière enquête « Génération » du Céreq, de 20 % des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2004. Si les parcours de ces jeunes dépendent pour une part de caractéristiques telles que la série du baccalauréat, l’âge, le genre ou la filière d’inscription, il reste difficile de savoir ce qui les a motivés, ou le plus souvent contraints, à quitter leur formation sans le diplôme escompté.

En complément des enquêtes quantitatives sur le sujet, une soixantaine d’entretiens ont été menés auprès de « décrocheurs » de l’université afin de saisir les logiques internes à l’oeuvre dans les parcours, telles qu’elles sont relatées dans les récits. »

Les quatre profils de décrocheurs définis par les auteurs de l’enquête :

- « les jeunes qui se présentent comme des étudiants studieux, mais disqualifiés par des modalités de travail et d’évaluation qui leur échappent, quittent l’université par dépit. Déçus de cette expérience qu’ils n’avaient pas anticipée, la garantie d’une insertion professionnelle par le diplôme leur échappe. Alors qu’ils étaient investis dans les études, ils se rendent compte tardivement, lors de l’évaluation, de leur non-conformité au métier d’étudiant. »

- les décrocheurs en errance (...) ont changé d’orientation à plusieurs reprises. Ils ont aussi expérimenté le marché du travail, parfois en cours d’études. Mais la plupart de leurs activités sont irrégulières. (...) Les choix successifs d’orientation semblent être la principale problématique de ces jeunes qui décrivent des parcours d’essais/erreurs répétitifs.

- « Les jeunes qui peuvent être qualifiés d’opportunistes justifient leur sortie par une opportunité d’emploi. Leur investissement en cours d’études dans des activités professionnelles ou associatives a provoqué autant d’occasions de s’évader du monde universitaire. Ils considèrent que l’insertion sociale et professionnelle peut s’appuyer sur d’autres supports que les diplômes. Pourtant, cette insertion relativement rapide se fait souvent au prix d’un certain déclassement. »

- « Les raccrocheurs sont attachés à l’obtention d’une certifi cation mais, après avoir quitté l’université, ils recherchent rapidement une nouvelle formation professionnelle, le plus souvent de niveau CAP-BEP ou bac pro. Se former pour un emploi, de préférence en alternance, est le principal objectif de ces jeunes. Pour eux aussi, la lassitude provoquée par les échecs semble être la cause de leur sortie précoce. Le plus souvent, ils trouvent les réponses les plus adaptées à leurs attentes à l’extérieur du système d’enseignement dans lequel ils ont échoué. »

A lire aussi :

Au sujet de la diversité des parcours de jeunes dans leur orientation : "Orientation : quelles stratégies d’information pour les jeunes ?" (4 scénarios types de profils de jeunes définis lors d’une enquête réalisée par l’Injep en Savoie) :

http://ressourcesjeunesse.fr/Orientation-quelles-strategies-d.html ?var_recherche=savoie


Partagez cet article :