Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

38 projets citoyens récompensés par la Fondation Dexia
Paradoxes autour de la participation
Un partenariat renforcé avec les missions locales en 2006
Le festival de Cannes vu par des jeunes des missions locales

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> témoignages
Au lycée, au collège et dans la cité
Les jeunes acteurs de la ville
Avoir moins de 18 ans et créer une association
Apprendre aux jeunes à avoir une meilleure image d’eux-mêmes

> inter-communal
Témoignages d’une politique jeunesse dans une communauté de communes
Apprendre aux jeunes à avoir une meilleure image d’eux-mêmes
Communautés de communes et politique jeunesse
Mettre en œuvre une politique jeunesse sur les territoires : quels enjeux ?

> cahiers de l’action injep
Structures d’animation en zones urbaines sensibles
Quelques préalables sur la participation des jeunes
Vers l’éducation partagée : des contrats éducatifs locaux aux projets éducatifs locaux
Éducation et citoyenneté : des enjeux politiques et éducatifs

> accompagnement
Les pratiques éducatives et pédagogiques en dispositif relais
L’accompagnement des jeunes en Europe
Colloque : Aider et accompagner les élèves, dans et hors l’école
Le jour viendra

> formation
Une formation expérimentale pour aider les jeunes à développer un projet associatif
le rôle essentiel de la « vie scolaire » et du Conseiller principal d’éducation
La participation et l’engagement des jeunes
L’éducation aux médias et aux usages d’Internet

> ile-de-france, centre
L’animation socio-culturelle : un objet scientifique ?
Comprendre les émeutes de novembre 2005
Le Conseil municipal d’enfants de Guyancourt (78) sur Public Sénat
Malakoff : rencontres de la jeunesse


À la Mission locale de Taverny

Nous sommes des passeurs

Entretien avec Kamel Remache, conseiller
Mis en ligne le lundi 16 mai 2005.
« Dans une mission locale, le conseiller est un passeur entre le monde de l’Éducation nationale et le monde du travail », résume Kamel Remache en présentant sa fonction. « Un passeur, mais pas une courroie de transmission qui serait destinée à formater les jeunes demandeurs d’emploi et à les plier ainsi aux exigences du marché », tient-il à préciser.

« Quand ils quittent l’école, ils perdent leurs amis. Il naît très vite chez eux un sentiment d’infériorité, voire d’inutilité. Pour éviter la déprime, ils n’ont qu’une idée en tête : entrer en formation ou obtenir un emploi ! Leurs activités extrascolaires n’ont plus de valeurs à leurs yeux. Je me souviens d’un grand gaillard qui m’a lancé : “J’ai fait des années de basket ! À quoi cela me sert aujourd’hui ?” Je l’ai orienté vers un BAFA et il a trouvé sa voie. Il est important de connecter l’acquis et le projet professionnel afin d’inscrire ce dernier dans la durée. Nous avons des jeunes qui ne restent pas toujours en formation ou ne gardent pas leur emploi parce que cela ne leur correspond finalement pas ou parce que l’entreprise impose des conditions de travail particulièrement éprouvantes. D’où l’importance de continuer à accompagner le jeune même si celui-ci s’est “inséré” », affirme Kamel Remache.

Le conseiller cite Jean-Paul Sartre (souvenir de ses études de philosophie !) : « L’important n’est pas ce que l’on a fait de nous mais ce que nous-mêmes avons fait de ce qu’on a fait de nous. » « Je répète souvent aux jeunes cette phrase. Une grosse partie de mon travail consiste à les valoriser. Au début, je leur pose souvent la question : comment vous voyez-vous dans trente ou quarante ans ? La réponse est souvent bien sombre, du genre : “À la gare Saint-Lazare avec un litron de rouge.” Je cherche à leur permettre de s’approprier ce qu’ils ont vécu pour construire avec eux un projet professionnel dans la durée. Pour cela, je dois connaître ce qui gravite autour du jeune, son environnement, sa famille, parfois même ses problèmes avec la justice. »

La tâche est difficile, compte tenu du nombre croissant d’inscrits. Pour mieux répondre aux besoins des jeunes, la mission locale a initié une formation pour « favoriser une approche globale et cohérente des jeunes à travers une mise en réseau d’acteurs locaux ». L’animation des sessions a été confiée à Béatrix Piedtenu, une intervenante extérieure. Les objectifs sont nombreux :

- favoriser la rencontre des professionnels qui interviennent auprès d’un public jeune (point emploi, jeunesse et sports, centres culturels, mission locale, médiathèque...), afin de compléter l’action de chaque structure ;
- mettre en place des projets communs ;
- offrir des services de proximité ;
- développer de nouvelles pratiques professionnelles : élaborer des projets qui sont pensés par les jeunes et non pour eux.

La Mission locale de Taverny a commencé à expérimenter ce genre d’action. Elle a réalisé un Guide jeune avec la participation active des jeunes scolarisés et non scolarisés volontaires et de nombreux partenaires locaux (proviseurs, conseillers principaux d’orientation, professeurs, élus locaux et services communaux, centre d’information jeunesse [CIJ] de Cergy, mission ville de la préfecture du Val-d’Oise, conseil régional...). Les jeunes ont choisi le contenu de l’ouvrage et le visuel. « Et l’on peut constater qu’ils se sont approprié l’ouvrage, car il n’est pas rare que j’en voie en train de le feuilleter », conclut Kamel Remache.

Propos recueillis par Marie-Pierre PERNETTE

article extrait de la publication "les cahiers de l’action" n°1 : "des ressources pour l’engagement et la participation des jeunes"


Partagez cet article :