Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Temps libre des jeunes : une analyse et des propositions
Les jeunes et la République ?
La vie juvénile de rue et de cité lors des émeutes de novembre 2005
Jeunesse : assouplir les parcours de vie

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Mieux articuler les politiques destinées aux 11-15 ans et aux 16-25 ans
Quimper : Les jeunes des quartiers populaires face aux politiques jeunesse
Les jeunes souhaitent plus de stages en entreprise
Rythmes scolaires : Une équation impossible ?

> Agora et Débats jeunesse, Injep
Jeunes "riches" et "pauvres" : conférence débat le 15 juin 2010
Nouvelles formes de l’engagement
Peut-on encore parler d’éducation populaire ? Idéal éducatif, engagements publics et socialisation politique
L’alliance conflictuelle de l’universitaire et du populaire


Entretien

L’expérience du déclassement

Un entretien avec le sociologue Camille Peugny paru dans Agora débats/jeunesses n°49
Mis en ligne le samedi 27 juin 2009.

Entretien avec Camille Peugny [1] réalisé par Cécile Van de Velde [2]

Définissant le déclassement en termes de mobilité sociale entre générations, l’auteur éclaire l’histoire des générations nées dans les années 1960 pour lesquelles la mobilité sociale ascendante diminue alors que les trajectoires descendantes sont en augmentation.

Le sociologue analyse les effets de cette dynamique sur ceux qui vivent ce déclassement : perte de confiance dans l’institution scolaire, sentiment d’appartenance à une « génération sacrifiée » ou constat d’un échec personnel.

Il souligne aussi le paradoxe d’un refus du libéralisme économique accompagné d’une hostilité marquée vis-à-vis de populations éloignées du travail que ces déclassés considèrent comme assistées.

Extrait :

« Agora : Qu’appelle-t-on le déclassement ?

Camille Peugny : Le déclassement est devenu un thème omniprésent dans le débat public. Lors des dernières élections présidentielles, les deux candidats finalistes n’ont cessé de décrire une « France qui a le sentiment que quoi qu’elle fasse, elle ne pourra pas s’en sortir, une France qui a peur du déclassement, une France qui vit dans l’angoisse [3] », ou encore « une France où les plus fragiles, les plus modestes, les plus précaires se sentent désespérément tirés vers le bas [4] ».

Ainsi décrite, la France regarderait vers le bas, les classes moyennes se sentant irrésistiblement précarisées et les classes populaires risquant chaque jour davantage de venir gonfler les rangs des « exclus ». Pourtant, le déclassement n’est jamais clairement défini : présenté de la sorte, il reste avant tout un sentiment diffus, une crainte, palpable mais subjective.

Dans mes travaux, je propose d’aborder le déclassement à travers le prisme de la mobilité sociale entre les générations. Si de plus en plus d’individus ne parviennent pas à maintenir la position sociale de leurs parents, si les flux de mobilité sociale descendante augmentent, alors le déclassement est un phénomène qui marque la société française et il devient possible de donner une mesure chiffrée, la plus précise possible, de l’intensité du phénomène. »

Télécharger l’article :

PDF - 241.6 ko
L’expérience du déclassement
Un entretien avec le sociologue Camille Peugny paru dans Agora débats/jeunesses n°49

[1] Camille Peugny Chargé d’études à la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques/ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, et enseignant à Sciences-Po Laboratoire de sociologie quantitative du Centre de recherche en économie et statistique

[2] Cécile Van de Velde, sociologue à l’EHESS : École des hautes études en sciences sociales

[3] Nicolas Sarkozy, discours à Rouen le 24 avril 2007.

[4] Ségolène Royal, discours à Lyon le 27 avril 2007.


Partagez cet article :