Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’engagement bénévole des étudiants à Paris 8
Journées mondiales des jeunes solidaires du 25 mars au 28 mai 2008
Journée du refus de l’échec scolaire : l’Afev sait mobiliser
L’engagement étudiant à l’université de La Rochelle

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> témoignages
Au lycée, au collège et dans la cité
Les jeunes, acteurs dans la cité
Le PAJ de St-Jean-d’Angély coordonne l’animation jeunesse dans la communauté de commune
Un an après les violences urbaines de l’automne 2005 : qu’en ont dit les journaux lycéens

> grande ville, agglomération
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
Interroger le rôle des lieux : équipements, accès, espace public
Le projet éducatif local évalué
Adulte-ado, une question de relation

> ile-de-france, centre
Forum de l’apprentissage : un partenariat entre la Région Ile-de-France et le CIDJ
Les jeunes se révoltent. A quoi ça sert ?
Portraits de métiers à Marly le Roi (Yvelines)
Suresnes (Hauts-de-Seine) : Prévention des conduites addictives

> université
Profils du décrochage étudiant à l’université
1er festival de cinéma amateur numérique
Les bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur
Enseignement supérieur : les enfants de cadres surreprésentés


À l’université de Cergy-Pontoise

L’expérience du Canard enchanté

Mis en ligne le vendredi 3 juin 2005.
Pour Emmanuel Lemaignen, la future maison des étudiants va dynamiser l’engagement au sein de l’établissement (ndlr : lors de rédaction de cet article, la MDE était un projet. Elle est maintenant réalisée).

Le « journal Le Canard enchanté » a pour objectif de fédérer les étudiants de l’université qui sont répartis sur huit sites, parfois très espacés et qui sont d’origines très diverses. L’idée était de publier un journal dans lequel les étudiants pouvaient se reconnaître et s’exprimer », explique-t-il.

La raison de sa création, il y a deux ans, n’était donc pas de pallier un manque d’informations de la part de l’université, mais de tenter de créer un esprit d’appartenance à l’université. Un sentiment qui fait toujours beaucoup défaut, mais qui devrait naître avec la future maison des étudiants.

Les étudiants ne manquent pourtant ni d’information, ni de soutien pour réaliser leur projet. L’université met à leur disposition un site Internet d’informations très complet, une newsletter, un journal papier, un service (la division de la vie étudiante chargée de l’aide à la création d’association), des moyens logistiques (local, ligne téléphonique, ordinateur) et des possibilités d’aides financières ! « Nous pourrions même avoir plus de demandes... », constate même avec regret Benedetto Donati de la division de la vie étudiante.

Le constat, Emmanuel Lemaignen le fait également. Selon lui, ce manque d’engagement est grandement dû au manque d’esprit d’appartenance, lui-même généré par l’absence de centre de vie universitaire. « La plupart des étudiants pensent que l’université est un lieu d’étude et ne peut être un lieu de vie. Leur environnement confirme cette conviction : l’université est répartie sur huit sites sans lieu de vie identifié. Tout cela devrait changer avec l’ouverture de la maison des étudiants. De plus, un restaurant universitaire va être ouvert au même endroit. Ce lieu va devenir l’épicentre de la vie étudiante ! », déclare-t-il.

La maison des étudiants va regrouper les services administratifs liés à la vie étudiante, les bureaux des associations étudiantes. Les associations auront à leur disposition une salle de réunion commune qui permettra à leurs membres de se réunir pour élaborer des projets communs, une salle de répétition, une salle équipée de matériel informatique dédiée à la conception et à la rédaction de journaux étudiants. Elle sera gérée par un comité de pilotage composé d’étudiants, dont les présidents des associations étudiantes ainsi que des représentants des services administratifs impliqués dans le projet et dans la vie étudiante. « À partir du moment où il y aura une plus grande visibilité des possibilités d’engagement et plus de passage, cela ne pourra qu’inciter les étudiants à agir ! », affirme avec conviction Emmanuel Lemaignen.

propos recueillis par Marie-Pierre Pernette

Pour en savoir plus sur :

- « le Canard enchanté »

GIF - 20.3 ko

- L’Université de Cergy-Pontoise

GIF - 1.5 ko

Article extrait de la publication : « Les cahiers de l’action » n°1 : « Des ressources pour l’engagement et la participation des jeunes » édité par l’Injep en mars 2005.


Partagez cet article :