Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Peut-on évaluer une expérimentation en temps réel ?
Lycée général et technologique : les principales nouveautés de la rentrée 2011
Les bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur
Un jeu des métiers porteurs en Nord Pas de Calais

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> insertion
Contribuer à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en Afrique de l’Ouest
Paris : Semaine de l’insertion professionnelle des jeunes au CIDJ
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
La baisse des sorties sans qualification : un enjeu pour l’employabilité des jeunes

> orientation, CIO
Pays d’Ancenis : des jeunes découvrent l’entreprise
Ecoles de commerce, écoles d’ingénieurs vues par l’Onisep
Orientation : premiers éléments d’analyse de la plateforme multimédia de l’Onisep : "monorientationenligne.fr"
Les métiers de l’astronomie et de l’espace en DVD


Jeunes sortis de de l’enseignement professionnel trois ans plus tôt

Un taux de chômage qui varie de 3 à 45%
Mis en ligne le mercredi 19 décembre 2012.

Le Céreq vient de publier une très intéressante synthèse de son enquête génération (enquête réalisée en en 2010 de la génération 2007 [1]). Intitulé "s’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières" ce numéro de Bref montre notamment qu’en 2010, le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement professionnel secondaire trois en ans plus tôt varie entre 3% et 45%.

58% des jeunes arrivant sur le marché du travail proviennent directement de l’enseignement secondaire, relèvent les auteurs [2] La situation est particulièrement préoccupante pour ceux qui sortent de l’enseignement secondaire sans diplôme (18% de la génération 2007). En 2010, trois ans après leur entrée sur le marché du travail,ils connaissent un taux de chômage de 41%.

En comparaison, 24% des titulaires d’un CAP ou d’un BEP sont au chômage [3]. Ce taux se réduit à 13% pour les bacheliers n’ayant pas suivi d’études supérieures. Cet avantage, relatif au baccalauréat est variable selon la spécialité préparée.

L’apprentissage est également concerné par ce constat. S’il protège globalement mieux que le chômage, « une analyse plus fine qui intègre la spécialité préparée invite à plus de nuances ».

Globalement, la spécialité de formation est ainsi largement aussi importante que le niveau de diplôme pour l’accès à l’emploi, précise la synthèse. Le taux de chômage à 3 ans varie ainsi de 3% à 45%.

En conclusion de cette synthèse, les auteurs relèvent quelques enseignements en matière de politique publique :

1/ Stimuler les orientations vers l’apprentissage en sortie de collège ne suffit pas à garantir une bonne insertion ultérieure

2/ La question de la pérennité de certaines filières professionnelles dans l’enseignement professionnelle mérite d’être tranchée

3/ Les sorties sans diplôme constitue un handicap de plus en plus grave pour l’avenir des personnes concernées

Consulter le Bref du Céreq n°303 de décembre 2012 :

[1] sortis pour la première fois de formation initiale en 2006-2007

[2] Jean-Jacques Arrighi et Emmanuel Sulzer.

[3] en 2010, trois ans après leur sortie du système scolaire


Partagez cet article :