Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’expérience du déclassement
Actualités de la recherche sociologique sur les questions de jeunesse
Qu’est-ce qu’être jeune dans la société d’aujourd’hui ?
Les chiffres clés de la jeunesse

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Lycéens décrocheurs, raccrocheurs d’école
La parentalité : un axe fort des politiques publiques
Appel à communications : « Jeunesses, âges de la vie, générations »
Les jeunes de 12 à 25 ans, l’ordinateur et internet

> Agora et Débats jeunesse, Injep
Jeunes "riches" et "pauvres" : conférence débat le 15 juin 2010
« Les problèmes, ils restent pas où ils sont, ils viennent avec toi »
L’expérience du déclassement
Devenir adulte : quatre modèles européens

> zones prioritaires
Brest : présentation des postes de coordinateurs jeunesse
Le jour viendra
Ecole et Familles populaires : une nécessaire communauté éducative au niveau local
Aux portes de l’élite


Jeunes de rue et trafic de stups

Mis en ligne le lundi 17 novembre 2008.

Cet article repose sur une enquête socio-ethnographique effectuée dans une cité du sud de Paris. Il s’intéresse aux enfants, mais surtout aux adolescents et aux jeunes adultes qui utilisent les rues de leur cité davantage comme un lieu de vie que comme un lieu de passage, et qui forment des « bandes » plus ou moins structurées par des activités délinquantes, et en particulier par le trafic de stupéfiants, l’activité la plus rentable.

Il éclaire ensuite la structuration de cette activité par l’accumulation, entre les années 1980 et aujourd’hui, de compétences techniques, relationnelles et économiques.

Un article de Thomas Sauvadet Post-doctorant, chercheur associé au CESAMES/Centre de recherche, psychotropes, santé mentale, société, UMR 8136 (CNRS/université René-Descartes/Paris-V) – U 611 (INSERM)

extrait :

« Les informations recueillies reposent sur les liens de confiance que j’ai réussi à nouer avant même d’entreprendre ma recherche, en habitant sur place et grâce à un réseau de pairs qui m’avait mis en relation, il y a une quinzaine d’années, avec la plupart des enfants, adolescents et jeunes adultes qui traînaient en bandes dans les rues de ce quartier, soit une centaine de personnes de sexe masculin au total.

Leur connaissance du terrain me permet aujourd’hui de retracer une partie de l’histoire des trafics effectués dans cet espace par les différents groupes de « jeunes de rue » qui s’y sont succédé depuis les années 1980. »

Au sommaire du n°48 d’Agora débats/jeunesse :

http://www.injep.fr/Faire-carriere-dans-l-animation.html


Partagez cet article :