Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Les jeunes au coeur de la richesse
Mieux connaître les jeunes pour améliorer l’école
Education et pédagogie de la citoyenneté : fondements et figures
Jeunesse : politiques et prises en charge

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Jeunes, racisme et construction identitaire
Animateur jeunesse : éducateur ou travailleur social ?
Programme réussite éducative : le coordonnateur, un nouveau métier ?
Info jeunesse : la plus-value de l’humain aujourd’hui et demain

> Agora et Débats jeunesse, Injep
La junior association, un espace de politisation ?
La communication juvénile à travers les blogs de lycéens
Participation des jeunes : regard sur six pays
Les étudiants animateurs : un petit boulot vocationnel

> Europe, international
Pistes pour réduire les inégalités scolaires et limites de l’éducation comparée
La participation des jeunes résidant dans les quartiers d’habitat populaire
Youthpass : pour reconnaître les acquis de l’apprentissage non formel
Haïti mon amour

> formation
L’information des jeunes dans les politiques publiques d’éducation et de jeunesse
Nous sommes des passeurs
L’orientation et ses enjeux dans les parcours des jeunes
Quelle place pour l’information des jeunes dans les politiques locales de jeunesse ?

> orientation, CIO
Le livret de compétences expérimenté par l’Education nationale
Qui sont nos élèves aujourd’hui ?
Découvrir les systèmes éducatifs européens
Parcours au salon de l’éducation


En France, la tyrannie du diplôme est forte et intériorisée

Mis en ligne le lundi 6 avril 2009.

Cécile Van de Velde, sociologue à l’EHESS [1] estime que le passage à l’âge adulte angoisse fortement les jeunes en France. La formation initiale est unanimement valorisée. La tyrannie du diplôme est forte et intériorisée. Audition au Sénat, interview dans Libération...

Auditionnée au Sénat dans le cadre de la mission commune d’information jeunes, Cécile Van de Velde a présenté de manière claire et argumentée les résultats de ses travaux [2]. A partir d’un travail réalisé dans 4 pays européens (Danemark, Espagne, France, Royaume Uni), elle définit en quoi les modèles sociaux facilitent le passage à l’adulte.

Pour Cécile Van de Velde, les jeunes français se distinguent par l’intériorisation du poids du diplôme. C’est une clé de lecture fondamentale des milieux sociaux familiaux et des mouvements étudiants. Les jeunes français se distinguent par une absence perçue de droit à l’erreur, par l’intériorisation très forte du diplôme sur l’ensemble de leur trajectoire, par une pression sociale au classement avant 25 ans. Cette pression sociale au classement explique beaucoup de leurs caractéristiques à la fois sociales et familiales.

Au Danemark, le modèle social pourrait se retrouver à grand trait dans l’expression : « se trouver » c’est à dire au sein de parcours de jeunesse liés au vécu, à une démarche exploratoire...

Au Royaume Uni (modèle libéral) le statut d’indépendance est fortement valorisé. C’est une logique d’émancipation individuelle. Cette structure libérale est fragile et fragilisée en temps de crise...

En Espagne (modèle méditerranéen) : Le maintien au domicile parental est légitimité (âge médian de départ du foyer familial à 27 ou 28 ans). Trois conditions majeures caractérisent le départ : l’emploi stable, la mise en couple, l’achat d’un logement. Ces trois conditions arrivent de plus en plus tard dans les trajectoires...

Le modèle français est hybride. Il est notamment caractérisé par la centralité des études et du premier emploi sur les trajectoires . On est dans une société corporatiste qui stratifie les rangs sociaux. Une société méritocratique. Il y a donc un investissement majeur dans les problématiques d’orientation d’études et d’insertion...

Voir la vidéo de l’audition de Cécile Van de Velde au Sénat, devant la commission commune d’information sur les jeunes :

Dans une interview publiée par le quotidien Libération, Cécile Van de Velde estime qu’en France « Il faut favoriser une plus grande mobilité et desserrer cette surdétermination précoce par le diplôme. On devrait donc privilégier les aides directes (quelle que soit leur forme), cesser les politiques de seuils d’âge qui ferment les possibilités d’allers-retours entre formation et travail, et ne plus valoriser uniquement les diplômes de formation initiale. »

Interview de Cécile Van de Velde dans le quotidien Libération (31 mars 2009)

http://www.liberation.fr/societe/0101559171-le-diplome-d-abord-l-autonomie-un-jour

Synthèse et extraits par Gérard Marquié

A lire aussi :

Le dossier du dernier numéro de la revue Agora/débats jeunesses [3], édité par l’Injep, propose un dossier intitulé "entre les âges" coordonné par Cécile Van de Velde.

http://www.injep.fr/Entre-les-ages.html

A voir aussi :

- Audition d’Olivier Galland (Centre national de recherche scientifique, CNRS, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique, GEMAS).

http://videos.senat.fr/video/videos/2009/video1741.html

- Audition de Jean Chiris (Directeur de l’Injep par intérim, délégué général de l’agence française du Programme européen Jeunesse et Jean-Claude Richez (responsable de l’unité études recherche formation à l’Injep) :

http://videos.senat.fr/video/videos/2009/video1742.html

[1] École des hautes études en sciences sociales

[2] A lire à ce sujet : Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, par Cécile Van de Velde, PUF, 2008.

[3] Agora débats / jeunesses est une revue trimestrielle qui s’intéresse de manière ouverte et transdisciplinaire à tous les problèmes de société construisant la trame problématique des questions de jeunesse.


Partagez cet article :