Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

5e journée du refus de l’échec scolaire
La suppression de la carte scolaire peut-elle améliorer la mixité sociale ?
L’enseignement professionnel : enjeux et tensions
Bilan de la troisième Journée du Refus de Échec Scolaire organisée le 22 septembre 2010

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> agenda
Jeunes, parents, professionnels : rendez-vous au Salon européen de l’éducation 2010 à Paris
Education populaire et esprit de résistance
C’est quoi un stage ?
Le livret de compétences expérimenté par l’Education nationale

> école
Favoriser le bien-être des élèves, condition de la réussite éducative
« Le reflet d’une société rongée par trop d’injustices »
"Qui fait l’info ?" : Semaine de la presse et des médias à l’école du 21 au 26 mars 2011
Patrice Huerre : "L’absentéisme scolaire, mieux le comprendre pour mieux y répondre"

> ile-de-france, centre
Suresnes (Hauts-de-Seine) : Prévention des conduites addictives
Jeunesse en banlieue
Le réseau information jeunesse soutenu par conseil régional
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée


Paris

Ecole et familles : l’apport du tissu associatif

Au programme de la journée du refus de l’échec scolaire du 24 septembre
Mis en ligne le vendredi 19 septembre 2008.

Lors de la journée du refus de l’échec scolaire organisé par l’Afev à Paris, le mercredi 24 septembre 2008, un reportage sur le thème "école et famille : l’apport du tissu" associatif sera présenté ...

Après-midi de débats à la Bellevilloise, 19-21 rue Boyer - Paris 20e, de 13h30 à 18h30, sur le thème « Les familles et l’école » : programme

Word - 229 ko

- Inscriptions à la journée

- Partenaires de la journée :

Les douaniers et les passeurs : un contribution de Philippe Meirieu :

« La notion d’échec scolaire est assez récente. Elle n’apparaît guère avant les années 1960 et ne devient un véritable problème social et politique que dans les années 1980. Car, dans la tradition élitiste française, les échecs étaient plutôt des solutions… au problème de la sélection. Dès lors que l’héritage des charges et des biens ne pouvait plus être – au moins en théorie – le critère de structuration de la hiérarchie sociale, la réussite scolaire, et son corollaire, l’échec, permettaient de faire le tri ! »

Lire la suite


Partagez cet article :