Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

L’animation socio-culturelle : un objet scientifique ?
Philippe Meirieu s’inquiète de l’impact du film "Entre les murs" sur l’opinion publique
Repenser la ville autour de l’enfant
Animateur jeunesse : éducateur ou travailleur social ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Des jeunes connectés, mais pas forcément experts de l’Internet
Bacheliers de "père en fils" : la filière S largement en tête
Une société fâchée avec sa jeunesse ?
Politique Jeunesse et communauté de communes

> culture
Minervois : la jeunesse met en avant son talent
Animation et information contre les discriminations au BIJ de Marly-le-Roi
Le cinéma est-il politique ?
Une politique culturelle pour la jeunesse ?

> famille
La perception de l’orientation scolaire et professionnelle par les parents d’élèves
Deux-Sèvres : La participation des familles aux projets éducatifs
L’accueil de loisirs : un espace éducatif entre l’école et la famille
La famille et l’école, de nouvelles alliances éducatives

> zones prioritaires
"FMR", une radio faite par des jeunes
Ecole et Familles populaires : une nécessaire communauté éducative au niveau local
Filles et garçons dans les quartiers : comprendre les mécanismes relationnels pour favoriser l’égalité
Quelle refondation pour l’éducation prioritaire ?


intervention

Culture des institutions, cultures des familles : alliance ou malentendu ?

un texte de Bernard Bier
Mis en ligne le lundi 17 mars 2008.

Lors de journées "De la disqualification à la reconnaissance" organisées par le Derpad : , Bernard Bier [1] est intervenu sur le thème : « Culture des institutions, cultures des familles : alliance ou malentendu ? »

Extraits :

« Dans le cadre de ces journées, il paraît indispensable d’identifier au préalable certains implicites de nos discours :

Le premier porte sur l’objet de ces rencontres : les médias, les politiques, mais aussi les professionnels, utilisent fréquemment le mot "immigré" de manière indifférenciée. Mais de qui parle-t-on ? des "étrangers" ? des "migrants" ? des "enfants de migrants" ? Jusqu’à quand certains resteront-ils "enfants de migrants" ? Rappelons que, est immigré celui qui, né ailleurs, s’installe pour un temps dans un pays, dont il peut ou non acquérir la nationalité. Et qu’il importe de le distinguer du primo-arrivant avec ses problématiques propres.

Le second implicite est lié à l’usage différencié des termes de « parents » ou de "familles". Dans quelles situations et à propos de qui utilise-t-on l’un ou l’autre de ces vocables ? Quelles représentations recouvrent ces errements terminologiques ?

Enfin, le troisième implicite est relatif à notre rapport à "la migration" : est-elle un phénomène à situer dans l’extériorité ? Ou parler de la migration ne revient-il pas in fine à parler aussi de nous-mêmes, de notre rapport à nous-mêmes ?

Ces préalables étant posés, et à la lumière des questions qui sont déjà ainsi suggérées, nous nous interrogerons d’abord sur la notion et les figures de la disqualification ; nous reviendrons ensuite sur la question de la culture, d’un point de vue sociologique, et plus particulièrement sur le discours récurrent relatif aux populations, aux jeunes qui seraient "entre deux cultures" discours qui semble faire lieu commun et pose néanmoins problème, tant dans ses fondements que dans ce qu’il implique en terme d’intervention publique.

Enfin, nous évoquerons ce que pourrait être alors une approche en termes de reconnaissance, ou mieux de "politique de reconnaissance". »

Télécharger le texte de Bernard Bier (9 pages)

PDF - 303.7 ko

[1] chargé d’études, bier@injep.fr, Unité de la Recherche, des Etudes et de la Formation (UREF), Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP)


Partagez cet article :