Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Orientation : Le livret de compétences expérimental
L’orientation : choisir plutôt que subir
L’orientation des jeunes dans un parcours de vie
Régionalisation des services d’orientation : que vont devenir les COPsys ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> témoignages
Les chantiers de jeunes s’ouvrent aux ados
L’Information jeunesse : un maillon essentiel dans la construction d’un projet
Un partenariat pour désamorcer l’échec chez les 10-18 ans
Les jeunes, acteurs dans la cité

> inter-communal
A Montbazon, le PIJ structure la politique de jeunesse de la communauté de commune
Nous sommes des passeurs
Un espace jeunes centré sur la participation
Communautés de communes et politique jeunesse

> collège
Enseigner des connaissances, transmettre une culture ?
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
Deuxième journée du refus de l’échec scolaire le 23 septembre 2009
Concours : « Je filme le métier qui me plaît »

> ile-de-france, centre
L’accès au(x) droit(s) des jeunes : une politique publique nationale
L’Egalité des chance au delà des mots
Stages de 3e : Un dispositif original pour vaincre la discrimination à Paris 19e
Hauts de Seine : L’information jeunesse au coeur de l’éducation et de l’orientation.

> lycée
Patrice Huerre : "L’absentéisme scolaire, mieux le comprendre pour mieux y répondre"
La communication juvénile à travers les blogs de lycéens
Lycéens décrocheurs, raccrocheurs d’école
Les 10 ans du programme Pourquoi pas moi de l’Essec

> orientation, CIO
Régionalisation des services d’orientation : que vont devenir les COPsys ?
Bac STMG, quelles poursuites d’études ?
Jeunes, parents, professionnels : rendez-vous au Salon européen de l’éducation 2010 à Paris
Information et Orientation : quel accompagnement vers l’autonomie des jeunes ?


Au CIO d’Ermont (Val d’Oise)

Apprendre aux jeunes à avoir une meilleure image d’eux-mêmes

Mis en ligne le mercredi 1er février 2006.

Pour Jean-Jacques Delaleau [1].« Notre mission se fait dans la durée, car nous intervenons auprès d’adolescents, du collège à la terminale. Pendant cette période, les jeunes construisent leur identité, n’ont peu ou pas d’expérience professionnelle et vivent un peu confinés dans le milieu scolaire ».

Un article paru dans la publication "les cahiers de l’action - n°1" dans la collection "Jeunesse Education Territoires" éditée par l’Injep

Le rôle des conseillers d’orientation est de participer à l’« éducation à l’orientation » des jeunes : « C’est-à-dire que nous leur donnons des repères pour choisir eux-mêmes leur voie professionnelle, pour rentrer dans une dynamique qui leur permet de construire leur projet. Cela consiste non seulement à leur apporter des connaissances sur les différents types de formations et le monde professionnel, mais aussi à les aider à apprendre à se connaître. »

Pas facile pour les jeunes de se juger autrement qu’en termes de bon ou mauvais élève... « Les jeunes se définissent principalement à partir de critères scolaires. Ils cloisonnent leur vie à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement. Pour qu’ils aient une représentation d’eux-mêmes plus complète, nous essayons de les aider à aller au-delà en faisant appel à leurs expériences extrascolaires. Ces activités ne sont pas assez prises en compte », affirme Jean-Jacques Delaleau, qui n’hésite pas non plus à conseiller aux jeunes de s’investir dans des associations pour acquérir de l’expérience : « Une jeune fille de 17 ans voulait être éducatrice. Je lui ai conseillé de commencer par faire de l’aide au devoir bénévolement, puis de passer un BAFA. Et de passer les concours quand elle aura acquis de l’expérience et de la maturité. Il n’y a pas que les diplômes qui ouvrent la voie vers un métier. »

Le directeur du CIO est convaincu que permettre aux jeunes de sortir du cadre scolaire peut les conduire « à porter un regard positif sur eux-mêmes - ce qui n’est pas facile à l’adolescence - et à se projeter dans l’avenir, à faire des recherches, à élargir leur horizon de recherche ». « Sans que personne ne soit au courant, des élèves qui sont toujours assis au fond de la classe vivent parfois des expériences riches en dehors de l’école. Des professeurs pensaient qu’un jeune n’était pas prêt pour entrer en seconde, car ils le jugeaient passif et peu dynamique. En fait, il était champion de taekwondo ! », se souvient-il.

Pour aider les jeunes à avoir une vision plus complète d’eux-mêmes, Jean-Jacques Delaleau a organisé et animé sur le temps scolaire un atelier de deux heures avec des élèves d’une classe de troisième, en présence du professeur principal. Le but de cet atelier était de montrer que l’évocation d’activités extrascolaires (les compétences mises en œuvre, les centres d’intérêt manifestés, le profil psychologique supposé) apprend beaucoup sur soi et que cette connaissance qui intègre des éléments qui ne sont pas purement scolaires est centrale pour l’élaboration de son projet.

« Il s’agit également de permettre aux élèves de mieux se connaître entre eux, à leur professeur de mieux les connaître et de valoriser certains élèves qui ne sont pas dans la réussite scolaire, mais qui par ailleurs sont capables de faire des activités parfois étonnantes », précise Jean-Jacques Delaleau, qui rappelle les règles du jeu : « Dans un premier temps, pour les mettre à l’aise et les faire entrer dans la démarche, je leur ai demandé de dire individuellement quelle était pour eux la couleur de l’école et la couleur des vacances et pourquoi ? Ensuite, ils devaient écrire en quelques mots deux ou trois choses qu’ils savaient faire sans les avoir apprises à l’école. Chacun à leur tour, ils devaient ensuite dire ce qu’ils avaient écrit et répondre à mes questions et celles de leurs camarades. Le rôle de l’animateur est de définir et de faire respecter le fonctionnement (écoute mutuelle, confidentialité des infos recueillies...). Il doit aussi organiser les échanges et dégager des constats qui aideront les jeunes à apprendre à se connaître, ce dont ils sont finalement très demandeurs !

Propos recueillis par Marie-Pierre Pernette

extrait des "Cahiers de l’Action" n°1, édités par l’Injep

SUR INTERNET www.education.gouv.fr Le site du ministère de l’Education nationale possède une partie consacrée à l’orientation.

www.ac-versailles.fr/orientation/default.asp le site de l’academie de Versailles : une rubrique "orientation" destinée aux jeunes, aux familles ou aux professionnels, un portail sur l’orientation.

[1] Directeur du Centre d’information et d’orientation d’Ermont (Val d’Oise)


Partagez cet article :